Vous êtes ici : Accueil
News
Arriala : le canal de Garonne passé à la loupe
Bienvenue sur le site d’Asmodee France, une des sociétés du groupe Asmodee.

Arriala : le canal de Garonne passé à la loupe



Notre expert maison et Florian Fay vous livrent leurs stratégies pour Arriala, histoire de capter le canal sans décodeur !

Illustré par Paul Filippi (entre autres : Colères chez Casterman), ce jeu vous permet en 30 minutes de refaire l'histoire de la construction du canal de Garonne ! À chaque tour, votre potentiel d'action vous permet d'envoyer vos ouvriers construire le fameux Canal, de vendanger ou de construire de beaux ouvrages d'art.

Dans ce petit jeu de majorité, vous pourrez mettre en œuvre différentes techniques de jeu. Outre vous focaliser sur la construction du canal, il va vous falloir savoir si, en envoyant vos ouvriers dans les vignes, vous allez les y laisser ou vous servir de celles-ci comme d'un simple moyen pour les déplacer ultérieurement vers d'autres tronçons en construction.

Un petit coup de rouge ?

Dans les faits, la construction des tronçons du canal va très vite, surtout que la mise en œuvre d'une écluse impromptue peut vous surprendre et vous prendre de cours. Aussi, il vous faut toujours prévoir de clore dès que possible pour marquer de petits points plutôt que de viser gros et que cela finisse dans l'escarcelle de votre adversaire.

Il vous faut compter : l'objectif est que vous marquiez un peu plus de points que votre (vos) adversaire (s). Et pour cela, rien de mieux que de se servir en volant au dernier moment des majorités. Pour cela, le jeu des cartes est essentiel : le coût d'une action est de trois points (deux pour l'achat de la carte, un pour la jouer), soi plus cher que le coût moyen de ce qu'elle rapporte. Mais cela permet de créer la surprise, et rapidement, car le jeu de cartes accumulé ne coûte alors qu'un point par carte.

De plus, c'est la seule façon de construire les ouvrages d'art qui vous permettent de jouer la technique du sous-marin : rester en arrière au niveau des points, endormir la confiance et hop ! Passer en tête en toute fin de partie... Avec un peu de simulation, on en connait certains qui n'hésitent pas à ouvrir une bouteille pour mettre dans l'ambiance. L'abus d'alcool reste dangereux pour la santé !

Crédiou, c'est l'heure de la sieste !

La difficulté du jeu réside bel et bien dans son rythme effréné ! Il y a toutes les chances pour que vous vous réveilliez une fois le jeu fini, trop tard pour marquer les derniers points si essentiels pour votre stratégie. C'est pourquoi, dès les premiers tronçons finis, n'hésitez pas à renvoyer quelques-uns de vos ouvriers vers la construction d'un ouvrage fluvial : c'est toujours ça de pris et les autres ne pourront plus y aller. C'est vrai, pendant ce temps, d'autres tronçons avancent et vous n'y participez pas : installez-y donc des écluses pour réduire leur valeur en points et ça devrait aller ! La sieste, c'est important et il faut prendre le temps. Les excités, il faut leur expliquer que pour passer une écluse, ça prend du temps : il faut que l'eau monte, que les portes s'ouvrent, que le bateau passe, que les portes se ferment...

Dans le Sud, les règles, on les adapte...

Les premiers acheteurs du jeu bénéficient de la mini-extension Ricquet. Par sa simplicité, elle est indolore en termes de règles supplémentaires. Attention cependant : pas sûr qu'en plein soleil, elle ne vous donne pas de maux de tête : il va falloir compter encore plus et, à deux joueurs, prendre en compte cet architecte en plus des possibilités du joueur « neutre », ça devrait vous remuer les méninges !


Pour aller plus loin et pour ceux qui veulent un peu maîtriser le « hasard » des cartes, voici en exclusivité une petite variante :
Au début du jeu, les cartes sont réparties en deux tas. Le premier, face apparente, est composé des 7 cartes identiques  permettant de déplacer VOS seuls ouvriers du canal vers les vignes, et le second de toutes les autres face cachée et mélangées. Les deux cartes piochées au hasard en début de jeu le sont dans la seconde pioche et ensuite, lorsqu'un joueur paie ses deux points d'actions, il a le choix de tirer une carte dans la pioche de son choix. Le reste ne change pas.

Voilà pour ce petit aperçu et quelques conseils ! En tout cas, cet été, si vous ne savez pas quoi faire, voilà une destination toute trouvée pour allier farniente, soleil et jeux dans un contexte culturel. Et n'oubliez pas : après la sieste, on dort !


Le bonus de l'auteur !

Florian Fay, l’auteur d’Arriala, vous propose quelques conseils utiles pour relever le défi de la construction du Canal de Garonne, face aux autres maîtres d’œuvre :

- évitez dès le début du jeu de poser vos ouvriers proches d'ouvriers adverses, sauf si vous avez déjà décidé d’une stratégie agressive ;

- conservez 1 ouvrier en stock afin de le poser (pour 3 Points d’Action) n 'importe où sur le Canal au moment opportun ;

- n’attendez pas LA carte que vous voulez mais composez avec vos cartes et vos adversaires, c’est cette faculté d’adaptation qui est gagnante ;

- n’oubliez pas que la plupart des actions sont disponibles en Points d’Action ET sur les cartes, c’est la combinaison des deux qui est la plus efficace ;

- utilisez les vignes pour vous déplacer ailleurs sur le Canal ou rester en embuscade ;

- dans le dernier tiers de la partie, faites très attention aux vignes, généralement la partie ralentit et les joueurs se positionnent pour le final…


S’il y a de nombreuses stratégies possibles pour aborder vos parties d’Arriala, n’oubliez pas qu’elles sont rapides (30 minutes en moyenne) et que le maître d’œuvre le plus malin et le plus attentif deviendra souvent le digne héritier de Pierre-Paul Riquet.


ARRIALA
Un jeu de Florian Fay
Pour 2 à 4 joueurs de 8 ans et +
Édité par Ludocom et distribué par Asmodee

Disponible en boutique