Vous êtes ici : Accueil
News
La Guerre de l'Anneau touche à sa fin
Bienvenue sur le site d’Asmodee France, une des sociétés du groupe Asmodee.

La Guerre de l'Anneau touche à sa fin


De notre envoyé spécial en Terre du Milieu, Pierre Fils-de-Jacques, une précieuse interviouve réalisée dans le décor chaleureux et pittoresque de la Montagne du Destin, avec M. S., joueur de la Guerre de l’Anneau, qui a préféré garder l’anonymat.

Pierre Fils-de-Jacques : bonjour monsieur S. Merci d’avoir bien voulu nous accorder cet entretien, malgré une laryngite persistante…
Monsieur S. : bonjour, gollum, gollum.

PFdJ :
ça ne s’arrange pas, on dirait…
M. S. : mais qu’est-ce qu’il nous veut ? Pourquoi dit-il qu’on est malades ? On n’est pas malades, on est FU-RIEUX !

PFdJ :
ha ha, je vois que vous ne voulez pas qu’on s’apitoie, c’est bien la marque d’un caractère bien trempé, c’est ce qui fait les bons joueurs de la Guerre de l’Anneau.
M. S. : mais on n’y joue pas, nous, à la Guerre du Précieux… Gollum, gollum.

PFdJ :
ah bon ? Mais, euh… Mais pourquoi donc ?
M. S. : parce qu’ils nous ont OUBLIÉS ! Oui, oubliés ! On n’est même pas dans la boîte. Ah ça, il y en a, des figurines, deux cent quatre, qu’il y en a… Des elfes, des cavaliers du Rohan, des hobbits, des orques et même des cruels, cruels Nazgûls… Et nous, on n’y est pas !

PFdJ :
allons, allons, vous apparaissez quand même sur une des splendides cartes de John Howe, pas vrai ?
M. S. : pfft.

PFdJ :
et dans la splendide extension ?
M. S. : des tours, des bateaux… Des ents ! Des bouts de bois qui marchent et qui parlent, et nous, on nous oublie ! Des cartes en veux-tu en voilà, des règles alternatives, des dés supplémentaires… Des plateaux immenses…

PFdJ :
que vous avez astucieusement recyclé en mobilier et en cabane trois pièces à ce que je vois.
M. S. : et il en reste encore. Très grands, qu’ils sont, ces plateaux. Pas pour des hobbits. Ni pour Sméagol. Mais très solides aussi. Ça ne laisse pas passer les flèches des méchants orques, ça.

PFdJ : mais, euh, parlons un peu du jeu, quand même. C’est un jeu qui réunit divers publics, autant les fans de stratégie que les amateurs de beau matériel…
M. S. : oui, un jeu pour les rassembler tous…

PFdJ :
et surtout ceux qui apprécient l’œuvre de Tolkien…
M. S. : qui c’est, ça, Tolkien ? Encore un elfe, hein ? Un elfe cruel et malveillant…

PFdJ :
euh… Ce que les fans apprécient, c’est justement le respect de l’œuvre du maître…
M. S. : mais où elle est, l’œuvre du Maître ? Et pourquoi faut-ils qu’ils parlent tous de détruire le Précieux ? C’est toujours : détruisez le Précieux par-ci, et annihilez le Précieux par-là, et n’oubliez surtout pas de vaporiser le Précieux dans les feux de la Montagne du Destin, alors…

PFdJ :
euh, je suppose que ce que vous soulignez là, ce sont les mécanismes originaux du jeu, qui font s’affronter deux camps tout à fait dissymétriques, celui de la Confrérie de l’Anneau comptant plus sur la destruction de l’Anneau pour l’emporter tandis que les forces de Sauron joueront plutôt la victoire milit…
M. S. : mais taisez-vous ! Taisez-vous, humain joufflu !

PFdJ :
oh, je me suis peut-être laissé aller, mais joufflu, quand même…
M. S. : on voit bien qu’il ne se nourrit pas d’insectes et de vieux orques durs sous la dent, l’humain joufflu… Et il faut qu’il arrête de prononcer le nom qui fait peur…

PFdJ :
Saur… Aïe ! Mais c’est qu’il mord, le bougre !
M. S. : il ne faut pas prononcer ce nom-là… L’humain savoureux devrait le savoir…

PFdJ :
le syndrome Voldemort dans les Terres du Milieu… On aura tout vu. Euh, revenons au jeu… Dites, euh, pourquoi vous me regardez comme ça ?
M. S. : il devrait savoir qu’il y a des choses plus dangereuses ici que les orques…

PFdJ :
mais qu’est-ce que vous faites ? Qu’est-ce que… Naaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhh !



Fin Mars 2011, la distribution de La Guerre de l'Anneau et de son extension Les Batailles du Tiers Âge cesse définitivement en France, profitez donc des derniers exemplaires sur lesquels vous aurez la chance de mettre la main.