Vous êtes ici : Accueil
News
Le Bio, c'est tout un art...
Bienvenue sur le site d’Asmodee France, une des sociétés du groupe Asmodee.

Le Bio, c'est tout un art...


Avec le Roi du Bio, vous avez pu découvrir que produire Bio, ça demande un peu de technique, quelquefois de la chance et pas mal d'abnégation. C'est vrai. Mais le résultat en vaut la chandelle, non ?

 Alors, quelques conseils pour aller plus loin !

Tout d'abord, une variante

Directement sur le site de l'éditeur, Ludocom, vous pouvez télécharger un pdf qui vous propose une variante. Nous, on l'aime bien. Pourquoi ?
Oh, c'est simple : ça résout une situation que  pouvait donner le hasard : lorsqu'une carte « nourrir les cochons » sortait alors qu'un joueur n'avait plus de cartes en main, il pouvait n'avoir aucune solution de jeu. Avec cette variante, ça n'arrive quasiment jamais.
Et puis surtout, ça ouvre de plus nombreuses options de jeu...

Explications

Vous aviez déjà deux grandes orientations sur votre jeu :
– faire de petites combinaisons valant peu, histoire de finir rapidement le jeu, tout en restant dans des valeurs par type de production qui restent raisonnables ;
– faire de moins nombreuses combinaisons, mais avec forte plus-value à la clef tout en nourrissant bien son cochon.

Chacune de ces deux options possède ses avantages et ses points faibles.

Avec l'option mise en lien, vous pouvez plus facilement prendre une option de jeu intermédiaire et, du coup, réagir à ce que fait votre adversaire : s'il fonce, je vais peut-être optimiser ; s'il optimise, je peux foncer. Mais je peux aussi foncer plus vite ou optimiser encore plus !

Des talons d'Achille

Si vous foncez, vous allez avoir besoin de productions de petites valeurs. Elles risquent de devenir rares sur le marché, d'autant que vos adversaires en ont besoin s'ils foncent, mais aussi s'ils optimisent, pour arriver au top de la rationalité ! Alors, peut-être faut-il foncer encore plus vite quitte à devenir super productiviste. Ça paie rarement : le consommateur fini par s'en rendre compte...

Si vous optimisez, vos adversaires peuvent s'en apercevoir. Du coup, optimiser, vu le nombre de production à faire, peut signifier produire trop. Et voilà comment, en voulant être bio, on se retrouve avec une étiquette FNSEA. Ça risque d'être compliqué ! En effet, si vous voulez rester dans vos limites de production tout en produisant au maximum, vous allez vite vous rendre compte qu'obtenir le nombre de productions déclenchant la fin du jeu relève du casse-tête. Si vos adversaires observent ce que vous faites, ils vont se faire un malin plaisir de ralentir le jeu histoire de gérer au mieux de leur côté et de vous regarder vous dépatouiller dans toutes ces contraintes agricoles ! Y en a même qui iraient prendre au marché les cultures dont vous auriez justement besoin. De petits margoulins, on vous dit.

Vous ramez ? Ah ! Non ! De la RAM !

Mais, aimable joueur, vous devez bien savoir que la RAM c'est de la mémoire, oui, mais uniquement pour votre ordinateur. Pour la vôtre, ça n'ira pas... Mais vous avez du mal à savoir de tête où vous en êtes dans vos productions, vous avez l'impression de pagayer en haute mer ? Allez, on vous donne une dernière astuce pour retenir ça facilement.

Dans le jeu, il y a une aide de jeu intitulée Tour de Jeu. Dessus, vous avez, par couleur de production, le nombre de cartes de chaque type. Ces couleurs ont un ordre. Eh bien chaque fois que vous produisez, il vous suffit de retenir votre total de production par couleur puis d'en faire un nombre. Prenons un exemple : vous êtes à 5 fruits du verger, 10 céréales, 7 fruits du potager, 6 volailles et 3 Légumes. Vous jouez une combinaison de trois légumes pour un total de 5. Eh bien votre production totale passe de 510 673 à 510 678. Un seul nombre à mémoriser.

Et si vous voulez aussi contrer vos adversaires, comme ils doivent montrer leurs productions, rien ne vous empêche de leur appliquer le même décompte. Vous allez faire remarquer qu'avec la règle optionnelle, ça devient plus dur. Vous avez raison, ma bonne dame : lorsqu'on a un cochon à table, ça devient tout de suite plus salissant.

Pourtant, il paraît que dans le cochon, tout est bon ...