Vous êtes ici : Accueil
News
Quel Rêve étrange...
Bienvenue sur le site d’Asmodee France, une des sociétés du groupe Asmodee.

Quel Rêve étrange...

Onirim

Comment décrire ce jeu de Shadi Torbey ? Tout d'abord en disant que son auteur a de la voix. Il chante. Mais encore ? Probablement ce petit côté onirique qui naît des parties. Mais plus pragmatiquement, comment décrire ce jeu ?

Un jeu de cartes à collectionner coopératif qui se joue seul et qui n'est pas à collectionner

Étrange définition, non ? C'est vrai, il n'est pas vraiment à collectionner : dans le jeu, vous avez toutes les cartes. Mais pour réussir, il vous faudra collectionner le passage des portes des rêves avant que cela ne vire au cauchemar. C'est vrai aussi que, comme dans un jeu de cartes à collectionner, il va vous falloir aller piocher dans votre « deck » pour avoir les bonnes « combo ». Et il y a des extensions. Même si elles sont incluses dans le jeu, elles existent ! Et puis, c'est un jeu de cartes aussi. Alors....

Un jeu coopératif qui se joue seul ? On peut y jouer à deux, donc là, on voit bien le côté coopératif. Même si on peut y jouer seul comme si on était deux : un à la main droite, l'autre à la main gauche. Comme n'importe quel jeu coopératif en quelque sorte...

Une impression étrange ...

...que ce drôle de rêve. Les dessins sont très typés. On aime ou pas. Pas de juste milieu. Et pourtant, on se laisse prendre à son charme envoûtant. Une seconde partie succède à la première. Les suivantes défilent. Comme dans un rêve.
On se surprend à lire les règles des extensions. Puis à y jouer. Pourtant, diriez-vous, les jeux solos ne sont pas votre truc...

Nous ne pouvons que vous dire : venez le tester. Lorsque vous vous serez baigné dans les songes troubles en alternant les jours et les nuits, peut-être trouverez-vous la clef de vos rêves. Toutes les parties sont différentes et les plus faciles se terminent souvent en véritables cauchemars. Décidément, ce jeu à un petit côté « Bis Ans Ende Der Welt ». Jusqu'au bout du monde chanterait U2.

On va vous retrouver penché, tranquillement, sur vos rêves. Comme le prédisait Wim Wenders. Mais sans écran. Pourquoi auriez-vous besoin d'un écran ? Vous avez vos rêves...